Communiqué de la 5ième réunion des Ministres Africains du Commerce

DSC_0808

Communiqué de la 5ième réunion des Ministres  Africains du Commerce

 

La 5ième réunion des Ministres Africains du Commerce de l’Union Africaine s’est tenue à Kigali, au Rwanda du 08 au 09 Mars 2018.

Pour rappel les négociations de la Zone de Libre-échange Continentale Africaine (ZLECA) ont été officiellement lancées par les chefs d’Etat au Sommet de Johannesburg (Afrique du Sud) les 14 et 15 juillet 2015.

A l’instar des autres membres de l’union Africaine, la République de Djibouti a été représentée par le Ministre délégué Chargé du Commerce SEM HASSAN HOUMED IBRAHIM, accompagné de la Conseillère Juridique du Premier Ministre                     Dr.Kalssouma Ali Ahmed et de son Conseiller Technique M.Robleh Mohamed Barreh

Cette réunion était précédée par le 10ième Forum des Négociations et de la 5ième réunion de Hauts Fonctionnaires des Ministères en Charge du Commerce et la République de Djibouti a été également représentée par le Directeur du Commerce Extérieur et de l’Intégration régionale, M.Hassan Aden Chehem en qualité de négociateur en chef et de Mlle Nasteho Saleh Awaleh en qualité d’experte juriste.

La 5eme réunion des Ministres avait pour objectif d’examiner le projet de déclaration de Kigali sur le lancement de la ZLECA et d’adopter la soumission des instruments juridiques de la Zone de Libre-échange Continentale Africaine (ZLECA) à la session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement prévu le 21 mars 2018 à Kigali pour la signature de la ZLECA.

Après la cérémonie de l’ouverture, la 5ième réunion a examiné et adopté les instruments juridiques, qui on fait l’objet de toilettage juridique et de l’alignement linguistique en 4 langues officielles de l’UA, et qui portent sur :

  • L’Accord cadre instituant la ZLECA ;
  • Le protocole sur le commerce des marchandises ;
  • Le protocole sur le commerce des services ;
  • Le protocole sur les règles et procédure de règlement de différends.

La réunion des Ministres a délibéré sur un certain nombre des questions en suspens notamment le cadre institutionnel de la ZLECA, le seuil de dépositaire pour l’entrée en vigueur de l’Accord, la nécessité d’une disposition interdisant les réserves sur les instruments de la ZLECA.

Sur ces points, le Ministre délégué au Commerce de notre pays a relevé compte tenu des enjeux de ce point, il est de ressort des Chefs d’Etats et de gouvernements de trancher sur ces situations en suspens. Il a réitéré devant la Commission de l’Union Africaines et ses paires de préparer de mentionner les différentes hypothèses retenues par les Ministres.

En marge de la 5ième réunion, les Ministres Africains du Commerce ont eu une réunion informelle avec le Commissaire au Commerce et à l’industrie SE Ambassadeur Albert Muchanga pour échanger et transmettre les communications importantes relatives sur la ZLECA  et portent sur :

  • L’organisation d’un Forum d’Affaire sur la ZLECA le 20 mars 2018 à Kigali afin d’impliquer les secteurs privés du continent à participer aux opportunités offertes par la ZLECA.
  • La demande officielle de la République de Ghana pour abriter le siège de Secrétariat de la ZLECA.
  • La Commission de l’UA va communiquer très prochainement la date butoir et les critères d’éligibilité pour abriter le Siège de Secrétariat de la ZLECA à tous les états membres à travers les Ambassades accrédités auprès de l’UA.
  • La notification de la déclaration de lancement de la ZLECA par l’Afrique du Sud à la Commission de l’UA pour permettre aux pays d’entreprendre les procédures internes de législation nationale avant l’entrée en vigueur de l’Accord.

Il faut savoir que la conclusion de cet accord de Libre-échange continentale constituera d’emblée un évènement historique pour notre continent et contribuera de ce fait au renforcement de l’intégration économique, à la promotion de l’industrialisation et à la réalisation des objectifs consignés dans l’Agenda 2063 intitulé « L’Afrique que nous voulons ».

La ZLECA s’inscrit dans la ligne droite de la vision 2035 de Djibouti de devenir incontestablement un hub régional et continental dans les domaines commerciales, logistiques, financières et de la télécommunication.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *