Echanges commerciaux djibouto-éthiopiens : M. Hassan Houmed Ibrahim participe à un séminaire sur la facilitation des échanges

M.-Hassan-Houmed-Ibrahim-participe-à-un-séminaire-sur-la-facilitation-des-échanges-300x200

Le ministre Délégué Chargé du Commerce, des PME, de l’Artisanat, du Tourisme et de la Formalisation, M. HASSAN HOUMED IBRAHIM, a pris part aux travaux de l’Atelier régional sur la Facilitation du commerce, du transport et de transit, qui s’est tenu les 11 et 12 Mai 2017 à Addis-Ababa. Le ùinistre était accompagné d’une forte délégation composée des responsables des différents départements-clés  dans la gestion des flux commerciaux sur le corridor Djibouti-Ethiopie tels que la douane, les transports et l’autorité des Ports et zones franches, mais également des représentants du secteur privé dont la Chambre de Commerce et l’association des Transitaires Djiboutiens. La délégation éthiopienne était conduite par M. Bekele Bulado, Ministre du Commerce et composée de la Ministre déléguée au Tourisme ainsi que du ministre délégué chargé de l’Industrie.

L’événement, organisé avec le concours des partenaires techniques que sont le CNUCED et le Cadre Intégré Renforcé (CIR), était intitulé «Mise en Œuvre conjointe de la Matrice d’Action sur le Transit, le Transport et la Facilitation du Commerce». L’Objectif principal de ce séminaire de haut niveau était de doter le Corridor de Djibouti d’un mécanisme de gestion efficiente qui permettra à terme de répondre efficacement à toutes les difficultés et les défis liés à l’usage du corridor.

En effet, les sessions de travail ont porté sur trois thématiques principales : les procédures de dédouanement des Marchandises sur le Corridor, les services de Transport et les Infrastructures de transport sur le Corridor, la Structure régionale de gestion du Corridor.

Afin d’engager des réflexions fructueuses, les experts des deux pays ont discuté et débattu des voies et moyens d’améliorer la performance du corridor sur la base du diagnostic effectué par les experts  de la CNUCED qui ont mis en exergue les défaillances d’infrastructures physiques mais également des procédures qui impactent négativement sur les performances du Corridor.

La République de Djibouti, en tant que signataire de l’accord de l’OMC sur la facilitation des échanges, accorde une importance capitale à la simplification des procédures de transit et de transport, cela est clairement reflété dans les stratégies telles que la SCAPE ou encore l’EDIC. En outre, l’adoption d’outils opérationnels et réglementaires tels que le Sydonia World ou encore la carte Jaune du COMESA tendent vers cet objectif de fluidifier les échanges.

Cependant, des efforts considérables restent à fournir dans ce sens afin que le corridor augmente en rendement et soit compétitif au niveau régional. C’est à juste titre que le Ministre délégué au Commerce a souligné dans son allocution que «pour traduite dans les faits la volonté politique sans faille de nos leaders, il est impératif de moderniser nos administrations douanières, de transport et portuaires, acteurs clés dans la facilitation des mouvements des marchandises. C’est la raison pour laquelle nous devons garder à l’esprit qu’une partie importante des coûts liés au commerce dépendent d’arrangements institutionnels, de rationalisation des procédures et d’une plus grande utilisation des technologies de l’information modernes ».

Ce mécanisme régional permanent s’appuiera sur les arrangements institutionnels bilatéraux déjà existants tels que la commission mixte mais également sur les acquis en matière d’intégration régional. En outre, ces avancées témoignent de la volonté de nos pays de progresser dans l’intégration et de capitaliser les lourds investissements consentis entre les deux pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *