Projet de Cadre Intégré Renforce (CIR)

Le cadre intégré renforcé (CIR) est un partenariat mondial réunissant des Pays Moins Avancés (PMA), des donateurs et des organisations internationales afin de permettre aux PMA de jouer un rôle plus actif dans le système commercial mondial en les aidant à résoudre les contraintes de capacités d’offres dans leur pays. Dans ce sens, le programme s’engage à promouvoir plus largement la croissance économique, le développement durable et à aider un plus grand nombre de personnes à sortir de la pauvreté.

Etablit en réponse aux préoccupations exprimées par les PMA quant à leur intégration dans le système commercial multilatéral lors de la première Réunion ministérielle de l’OMC qui s’est tenue en 1996 à Singapour, le Cadre intégré (CI) a vu le jour en 1997. Ce programme a ensuite été réaménagé en 2001, puis réexaminé en 2005. Conformément au Programme d’action de Bruxelles en faveur des Pays les moins avancés, des travaux importants ont été engagés afin de créer un programme du CIR plus axé sur les résultats, responsable et dynamique, qui fonctionne selon les principes de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide. Le programme met l’accent sur l’appropriation par les pays, sur un renforcement de la coordination et des engagements de la part de tous les partenaires du CIR, sur une gouvernance nationale et globale plus structurée et sur une augmentation des ressources financières à la hauteur de la demande des PMA.

Il s’agit d’une initiative impliquant toutes les parties prenantes à l’assistance technique liée au commerce afin de renforcer la coordination de l’aide au Commerce fournie aux 50 pays les plus pauvres et de répondre aux priorités identifiées par les bénéficiaires. Il faut pour cela qu’ils intègrent le commerce à leur programme de développement. L’objectif final est de leur permettre d’intégrer l’économie mondiale et de tirer parti des opportunités du système commercial multilatéral.

Le CIR s’efforce de soutenir les PMA afin :

  • D’intégrer le commerce dans les stratégies nationales de développement à travers un appui institutionnelle permettant aux instances en charge de la politique commerciale de pallier limites financières et institutionnelles ;
  • De mettre en place les structures nécessaires pour coordonner la fourniture de l’assistance technique liée au commerce (ATLC); et,
  • De renforcer la capacité de faire du commerce, c’est à dire aussi remédier aux principales contraintes du côté de l’offre

Ainsi, le financement du CIR passe par deux « guichets » distincts, appelés catégorie 1 et catégorie 2. Les projets de la catégorie 1, qui comprennent le renforcement des capacités institutionnelles et les études diagnostiques sur l’intégration du commerce (EDIC), visent à aider les instances publiques en charge du commerce sur les blocages et les autres obstacles au commerce, à la croissance économique et au développement durable, et à leur donner un ordre de priorité. L’EDIC fournit une base commune d’actions pour le gouvernement, la société civile, le secteur privé et les partenaires de développement.

Les projets de la catégorie 2, destinés à renforcer les capacités commerciales sur le plan de l’offre, permettent de financer le démarrage des activités identifiées comme prioritaires dans la matrice des actions de l’EDIC.

En terme d’organisation et fonctionnement, au niveau des pays bénéficiaires, les arrangements nationaux sont constitués de : un point focal, un facilitateur des donateurs, un comité directeur national (CDN) et une unité nationale de mise en œuvre (UNMO).